White under Ice

1 /

Ice Variations

2 /

Ice Variations

3 /

Ice Variations

4 /

Ice Variations

5 /

Ice Variations

6 /

Ice Variations

White under Ice

The title says it all: it is about colour and texture. Calling into question the material, a convergence with painting is taking place. Memory, personality and identity are incorporated in a human landscape, the frozen actions of this cryogenic character quivering as they dissolve. Situated between modernism and academic painting, between fleeting impressions, the mobility of climatic and luminous phenomena of Impressionism, and the stable conceptual aspect of things, White under Ice leaves us wondering. One thinks of the ‘Snowstorm at Sea’ of a certain William Turner, a great ‘painter of light’.


Translation by Carolyne Lee


Blanc sous Glace 

Le titre l’indique : c’est de couleur et de texture dont il s’agit. Questionnant la matière, un rapprochement avec la peinture s’opère. La mémoire, la personnalité et l'identité sont stockées dans un paysage humain, les actions figées d'un personnage cryogénisé qui dissout ses formes dans un frémissement. Se situant entre le modernisme et la peinture académique, entre les impressions fugitives, la mobilité des phénomènes climatiques et lumineux de l’impressionnisme, et l'aspect stable et conceptuel des choses, les « Blanc sous glace » peuvent laisser songeurs. On pense à la Tempête de Neige en Mer d’un certain William Turner, grand « peintre de la lumière ». Le geste photographique serait après tout comme un geste pictural, sous l’apparence glacée qui gèle le mouvement, il y la vibration, le souvenir du mouvement. Comment s’inscrit la mémoire dans le temps ? Comment s’inscrit la photographie dans l’instant ? Un jeu s’installe avec l’apparente évolution du temps : On ne peut concevoir que le personnage étant fixé ait pu se mouvoir. L’absence devient aussi importante que la présence, il y a le temps passé par l’observateur à regarder chaque image et les lapsus temporis qu’il est amené à supposer entre ces images lui suggérant un séquençage. Car après tout, ne lui manquerait-il pas de preuve quant à la mouvance du personnage entre les prises photographiées puis ainsi sélectionnées, conservées et immortalisées ?


Texte Xavier Perez